Ton actualité ici

Les 2 prises de conscience qui ont fait naître Moon Child

Cet article symbolise la première fois où je prends la plume sous l’appellation « Moon Child » et non plus Salut Copine. Il était temps de laisser plus de place et d’énergie à un nouveau projet qui est né de 2 prises de conscience récentes assez puissantes. C’est parce que je pense qu’elles peuvent faire écho à ton propre vécu que je te les confie à travers ces quelques lignes.

Ces révélations sur moi-même me sont apparues suite à de profondes introspection au quotidien. Très régulièrement, lorsqu’une émotion désagréable se manifeste dans mon corps ou dans mon coeur (allant de l’estomac noué à l’envie de pleurer, par exemple), je me pose les questions suivantes :

  • Que cachent ces ressentis ?
  • Quel est le message derrière ?
  • Quelle situation les a réveillés ?
  • A quoi ça fait écho en moi ?

 

Et c’est en procédant à cette plongée dans les profondeurs de mon esprit que j’ai pu lever le voile sur les 2 réflexions suivantes :

Je continuais d’incarner une ancienne image de moi

J’ai toujours joué le rôle de la « bonne copine ». Celle qui tient la chandelle, qui donne de bons conseils, qui écoute sans juger, qui rit de tout avec beaucoup d’auto-dérision, etc. Quand j’ai créé Salut Copine après mon burn-out, j’étais totalement alignée avec ce rôle-là. C’était d’ailleurs l’objectif de cette entreprise : écouter et rassurer les personnes qui, comme moi, avaient envie de se reconvertir.

J’avais notamment été confortée dans cette image suite au quizz d’Aline pour connaître l’archétype de sa marque. J’avais obtenue La Réaliste, qui est typique de la bonne copine bienveillante toujours de bons conseils. Ça me collait à la peau, je me reconnaissais totalement en elle.

J’ai eu du mal à me rendre à l’évidence et à accepter mes changements internes, mais aujourd’hui je ne souhaite plus incarner la bonne copine. Je ne veux plus être associée à La Réaliste. Peut-être parce que j’en ai trop souffert, ou peut-être simplement parce que je me sens appelée à incarner une autre part de ma personnalité

Comble du désalignement, je continuais d’associer Salut Copine à ma reconversion professionnelle et à toutes les peurs que j’avais accumulées durant cette période !

Je me sentais donc m’éloigner totalement de mon rôle de copine pour libérer une autre facette de ma personnalité, plus sombre mais plus affirmée. Histoire de me rassurer dans cette idée-là, j’ai refait le quizz d’Aline. Je suis tombée sur l’archétype de l’Enchanteresse. En lisant la description, je me suis immédiatement reconnue.

J’associe ses énergies de transformation intérieure, de libération de soi et d’affirmation de sa puissance à celles du Scorpion. Signe qui, dans mon thème astral, est placé dans mon Milieu du Ciel ! Comprendre par là que je suis appelée à incarner cet archétype pour me réaliser et laisser ma marque sur le monde.


Si toi aussi tu veux découvrir quel est ton Milieu Du Ciel et donc ta vocation, tu peux apprendre à lire ton thème astral grâce à ma formation d’astrologie !


Enchanteresse est un mot qui me fait vibrer. Je me sens prête à l’incarner pleinement. Et c’est à travers MoonChild, entreprise destinée à empouvoirer les femmes, que je compte l’accomplir. Guider les femmes à reprendre leur pouvoir, leur place, leur respect dans leur vie pour faire basculer l’avenir de l’humanité.

Moon Child fait appel aux filles de Lune. A celles qui souhaitent équilibrer leur yin et leur yang, renouer avec leur âme et leur corps, se défaire des comportement toxiques, se reconnecter à leurs désirs et leurs besoins, établir leurs limites, développer de l’amour de soi, etc.

Grâce à cette entreprise, moi aussi je me réaligne avec mes propres désirs. Et c’est ainsi que la seconde prise de conscience découle de la première.

Je cachais ma peur de l’échec derrière l’entêtement

Il faut savoir qu’en même temps que la création de Salut Copine, je me suis reconvertie dans la rédaction web. Je proposais mes services pour écrire des articles de blog et des newsletters pour d’autres professionnels.

Au bout d’un an d’exercice, j’ai commencé à réaliser que je n’aimais pas tant ce métier que ça. Je ne mettais plus le coeur à l’ouvrage, j’étais accablée par les commandes que j’avais, je repoussais les mises en action. Il faut dire aussi que mes 2 tendinites aux mains provoquées par un mauvais positionnement face à l’ordinateur n’ont pas aidé à me faire apprécier cette aventure  !

Plus le temps passait, plus j’étais mal dans ce travail. Plus le temps passait, plus je me disait que je voulais stopper cette entreprise. Mais je n’osais jamais le faire. Pourquoi ? Je me disais que je ne voulais pas envoyer balader ce qui m’avait sortie de l’éducation nationale et permis d’être indépendante. De plus, je ne voulais pas laisser tomber mes supers clientes non plus avec qui la communication était toujours fluide et agréable.

Ça a donné 6 mois sur cette tonalité-là. 6 mois à me répéter « la rédaction web te permet d’avoir un petit smic, ce serait dommage de repartir de zéro ».

Je me suis finalement rendue compte que ce n’était que des fausses excuses pour masquer de fausses peurs. Parce que la vraie peur derrière tout ça, c’est celle d’être pleinement responsable de mon échec.

En conservant la rédaction web à côté de SalutCopine/MoonChild, je pensais « si je n’arrive pas à gagner suffisamment d’argent avec cet autre projet, ce n’est pas de ma faute, c’est parce que la rédaction m’empêche d’avoir suffisamment de temps/d’énergie/d’inspiration pour mener à bien mes objectifs ».

Tu vois le truc ? Je me servais de la rédaction web pour me trouver une bonne excuse en cas « d’échec » de SalutCopine/MoonChild afin de ne pas me sentir responsable ! Incroyable ce que le cerveau peut faire pour masquer nos peurs les plus profondes, n’est-ce pas ?

Maintenant que j’ai levé le voile sur ça, je vais apprendre à me responsabiliser à ce niveau-là. Au fil du temps, je vais me prouver qu’être responsable de ses « échecs » est une très bonne chose, puisque ça signifie que j’ai les cartes du jeu en main et qu’il ne tient qu’à moi de les jouer différemment la prochaine fois.

Dans la foulée, j’ai dit stop à mes clientes en rédaction web. Dans 2 mois, je n’écrirais plus pour elles. Ça n’a pas été facile, mais cette décision est extrêmement bénéfique pour ma confiance et mon estime de moi. Une sacrée sortie de zone de confort ! Mais ce genre de prise de conscience que l’on évolue et que l’on peut rejoindre notre moi exponentiel.

———

Et toi, tu as déjà eu des prises de conscience similaires ? As-tu déjà été confrontée à un désalignement des énergies que tu incarnais ? T’es-tu déjà rendue compte que tu te déresponsabilisais face à une situation personnelle ou professionnelle ? Je suis curieuse de lire ton témoignage. Ensemble, on se sent plus fortes, alors n’hésite pas à nous partager (aux autres Moonies et moi) un bout de ton histoire.

PARTAGER L’ARTICLE

offert

Ressource gratuite

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.